Aide sociale

Avant la votation sur les accords bilatéraux dont fait également partie le traité sur la libre circulation des personnes, le Conseil fédéral a promis que les coûts étaient sous contrôle. Les charges pour la Confédération et les institutions sociales se limiteraient à 800 millions de francs par an. Les accords bilatéraux sont un bon investissement dans l'avenir de notre pays, a affirmé le Conseil fédéral. La réalité est que les citoyens UE pillent notre caisse de chômage – d'autant plus qu'ils perdent leur emploi plus souvent que les Suisses comme le confirme une étude réalisée sur les années 2010 à 2018. 

Voici pourquoi il faut dire OUI à la l'IDL

  • Aujourd'hui six bénéficiaires de l'aide sociale sur dix sont des étrangers.
  • Les communes et les cantons ploient sous les charges sociales. De plus, des dizaines de milliers de personnes provenant de l'asile vivent de l'aide sociale.
  • Conséquence de la libre circulation des personnes: de plus en plus de nationaux sont remplacés par des étrangers jeunes et bon marché. Le risque de finir dans l'aide sociale a massivement augmenté dès l'âge de 46 ans déjà.
  • De plus en plus de chômeurs UE viennent en Suisse chercher du travail et touchent même des prestations sociales alors qu'ils n'ont jamais travaillé dans notre pays.
Contact
Comité pour une
immigration modérée
Case postale 54
8416 Flaach
téléphone: 031 300 58 58
fax: 031 300 58 59
info@initiative-de-limitation.ch
Faire un don
IBAN: CH36 0900 0000 3157 2732 0
CCP: 31-572732-0
Médias sociaux