Croissance record de l’immigration – oui à l’initiative de limitation pour protéger les habitants de Suisse contre le chômage et la pauvreté

Selon les derniers chiffres publiés par la Confédération, l’immigration nette en provenance de l’UE a augmenté de 45% durant les trois premiers mois de cette année. Jamais encore depuis l’introduction de la libre circulation des personnes, on n’a assisté à une telle progression par rapport à la même période de l’année précédente. La Suisse doit s’attendre à une forte vague d’immigration. En raison de la crise économique actuelle et du chômage massif dans les Etats UE, de nombreux ressortissants UE se mettront en route pour trouver en Suisse un emploi à n’importe quel prix et à n’importe quel salaire, voire pour s’installer dans le système social suisse. Il est urgent de freiner l’immigration pour protéger les habitants de notre pays contre le chômage et la pauvreté.

La statistique du Secrétariat d’Etat aux migrations indique une forte augmentation de l’immigration par rapport à l’an passé. Durant le premier trimestre de cette année, la Suisse a subi une immigration nette de 18’386 personnes. La cause principale en est la libre circulation: 12’386, donc les deux tiers de la totalité des immigrants proviennent de pays membres de l’UE ou de l’AELE. Jamais encore l’immigration nette depuis l’UE n’a augmenté aussi fortement comparativement à un trimestre de l’année précédente. Faute du strict contrôle frontalier introduit mi-mars à la suite de la crise du coronavirus, ce chiffre aurait été encore plus élevé.

Menace d’une vague d’immigration à la suite de la crise économique

La crise économique actuelle augmentera évidemment la pression migratoire sur la Suisse. On comprend d’autant moins la décision du Conseil national durant cette session extraordinaire d’inviter le Conseil fédéral à rouvrir aussi rapidement que possible les frontières. Les étrangers UE pourront alors à nouveau affluer en masse. Le fort chômage régnant dans tous les pays voisins de la Suisse incitera de nombreux ressortissants UE à prendre la route de la Suisse pour y trouver un emploi à n’importe quel prix et à n’importe quel salaire, voire pour s’installer confortablement dans le système social suisse.

Les conséquences de cette immigration de masse pour notre petit pays sont désastreuses: les charges sociales et la criminalité sont à la hausse; les loyers et le prix immobiliers augmentent; de précieuses terres cultivables sont bétonnées; des salariés suisses – notamment le plus âgées d’entre eux – sont remplacés par une main-d’œuvre importée jeune et bon marché. La pression sur les salaires augmente. Et tout cela se produit au moment où des centaines de milliers de Suissesses et de Suisses sont au chômage partiel ou ont perdu leur emploi à cause de la pandémie du Covid-19.

Au lieu de laisser entrer encore plus de main-d’œuvre bon marché en provenance de l’UE, la Suisse doit veiller à assurer l’occupation de ses propres habitants. C’est dire qu’une gestion rigoureuse de l’immigration est plus nécessaire que jamais. Les autres partis politiques restent les bras croisés devant cette problématique, pire, demandent l’ouverture des frontières. Le souverain helvétique doit donc dire oui le 17 septembre prochain à l’initiative de limitation.

partager l’article
Contact
Comité pour une
immigration modérée
Case postale 54
8416 Flaach
téléphone: 031 300 58 58
fax: 031 300 58 59
info@initiative-de-limitation.ch
Faire un don
IBAN: CH36 0900 0000 3157 2732 0
CCP: 31-572732-0
Médias sociaux